Une enquête fait apparaître de graves lacunes

90% ignorent l’effet protecteur du traitement anti-VIH - Une enquête fait apparaître de graves lacunes

Une enquête représentative effectuée par le Centre fédéral allemand pour l’éducation à la santé (BZgA) montre de graves lacunes de savoir en Allemagne quant à l’efficacité du traitement anti-VIH. Selon les estimations, 10% de la population seulement sait que les personnes infectées traitées efficacement ne sont plus contagieuses. Il en résulte une peur du contact physique et une discrimination des personnes séropositives.

Un tiers des quelque 1000 personnes interrogées hésite par exemple à utiliser la même vaisselle et un quart (27%) les mêmes toilettes que les porteurs du VIH. Les chiffres sont encore plus effrayants lorsqu’il est question de contacts corporels directs. Trois quarts des personnes environ excluent tout rapport sexuel même protégé avec une personne séropositive, plus de 50% confient qu’elles ne donneraient vraisemblablement pas de baiser à un porteur du VIH et 15% auraient même des hésitations à prendre un patient VIH dans leurs bras.

Manque d’acceptation et de solidarité

Par ailleurs, moins de la moitié considère le VIH comme une maladie chronique «normale» comme par exemple le diabète alors que 81% savent qu’une thérapie anti-VIH permet de mener une vie longue et sans problèmes. Les porteurs du VIH sont également discriminés parce que près d’un quart (23%) est d’avis qu’ils sont eux-mêmes responsables de leur infection.

L’enquête actuelle montre qu’il reste encore beaucoup à faire en matière de sensibilisation pour mettre fin à la discrimination des personnes séropositives.

Source:

Aide allemande contre le Sida (2017): Enquête BZgA: 90% wissen nicht um die Schutzwirkung der HIV-Therapie. Retrieved December 20, 2017 from https://www.aidshilfe.de/meldung/bzga-umfrage-90-wissen-um-schutzwirkung-hiv-therapie

 

 

CH/HIV/0072/17/12.2017