«Un terreau fertile pour les maladies sexuellement transmissibles»

Le rôle des applications de rencontre dans la syphilis et la gonorrhée

Les cas de syphilis déclarés en Suisse au cours du premier semestre 2017 ont augmenté de près de 30% par rapport au premier semestre 2016. On ignore toutefois si le nombre de tests effectués a lui aussi augmenté. Une chose est sûre en revanche: la syphilis et la gonorrhée sont deux maladies sexuellement transmissibles dont les infections ont doublé ces dix dernières années.

Les applications de rencontre favorisent les maladies sexuellement transmissibles

Selon Urs Karrer, médecin-chef du département d'infectiologie à l'hôpital cantonal de Winterthour, cette recrudescence s'explique par des tests plus fréquents dans les groupes à risque tels que les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes. Parallèlement, l'existence des traitements anti-VIH actuels aurait diminué la peur d'être contaminé, réduisant ainsi les mesures de «Safer Sex». Par ailleurs, le spécialiste considère les applications de rencontre comme un «terreau idéal pour les maladies sexuellement transmissibles». Elles permettent en effet de changer fréquemment de partenaires sexuels, accélérant ainsi la propagation des maladies sexuelles.

Prévention complète et traitement onéreux

La stagnation du nombre d'infections par le VIH malgré ces évolutions et l'augmentation des cas de syphilis et de gonorrhée a deux explications: D'une part, le préservatif protège plus efficacement contre le VIH que contre la syphilis, et la contamination par la syphilis et la gonorrhée lors de rapports buccogénitaux est plus fréquente que celle par le VIH. D'autre part, un traitement anti-VIH rapide et efficace empêche la transmission du virus à d'autres partenaires. Cela serait également possible pour la syphilis et la gonorrhée, mais nécessiterait bien plus des tests et un traitement immédiat. Étant donné que tous les partenaires sexuels devraient être traités en cas de résultat positif, les coûts seraient élevés, selon Urs Karrer.

Source:

Der Landbote (2017): «Die Dating-App-Kultur bietet ein ideales Tummelfeld für Geschlechtskrankheiten». Retrieved August 14, 2017, from https://www.landbote.ch/front/die-datingappkultur-bietet-ein-ideales-tummelfeld-fuer-geschlechtskrankheiten/story/21039794

Source photo: http://www.istockphoto.com/de/foto/beautiful-women-surfing-internet-concept-gm589131768-101204431

 

 

 

CH/HIV/0043/17/08.2017